ÉQUIPE ARTISTIQUE

JÉRÔME BRABANT 

 

Jérome Brabant est né à La Réunion en 1973.
Après des études théâtrales à l’université Paris 8, il suit l’enseignement à l’école du mime Marcel Marceau de 1996 à 1999, puis la formation professionnelle Extensions au Centre de Développement Chorégraphique Toulouse / Midi-Pyrénées en 2001. 

Il travaille avec la Compagnie *Melk Prod / Marco Berrettini de 2001 à 2006. Il participe aux pièces L’opérette sans sou, si..., New movements for old bodies et Clo-clopinettes. Jérôme collabore également avec Patricia Ferrara / Groupe Unber-Humber et danse dans toutes les créations de 2004 à 2010. De 2005 à 2007 il est aussi interprète pour la compagnie Samuel Mathieu et fait un passage par le théâtre avec Lisa Guédy en 2008.
Il fonde avec Marion Muzac le UND und ballet [...], ils créent ensemble Roomy Dancing en 2002, GALA en 2003 et Pavillon en 2004. En 2010 Jérôme commence une collaboration jusqu’à ce jour avec Mié Coquempot, Compagnie K622. En 2011, il crée sa compagnie L’Octogonale et signe son premier solo, HEIMAT en 2012 suivront IMPAIR en 2014, EMERGENCY en 2015. Parallèlement, en 2015 Jérôme rejoint l’équipe de Marion Muzac en tant qu’assistant et intervenant pédagogique sur le projet Ladies 1st. 
Jérôme Brabant est artiste associé au TEAT Champ Fleuri / TEAT Plein Air La Réunion jusqu’à fin 2019. En collaboration avec Maud Pizon il est en création actuellement de sa nouvelle pièce A TASTE OF TED, un travail de reconstruction autour des danses de Ruth St Denis et Ted Shawn.

Avec Maud Pizon, JB est lauréat 2016 du programme de résidence Hors les Murs de l’Institut Français pour le projet A TASTE OF TED.

Françoise Michel

 LUMIÈRES

 

Après des études de géologie, c’est au cours d’une formation en régie au Théâtre National de Strasbourg dirigé alors par Jean-Pierre Vincent que Françoise Michel découvre la lumière et la mise en scène.

Plus tard, elle rencontre la danse avec Odile Duboc. Les notions de mouvements, de lignes, de formes lui parlent, et elle voit dans l’univers chorégraphique un terrain où la lumière peut s’écrire comme une mise en scène. C’est le début d’une longue collaboration sur la conception et la réalisation des spectacles qu’elles feront ensemble, au sein de l’association Contre Jour qu’elles fondent en 1983, puis au Centre Chorégraphique National de Franche-Comté à Belfort à partir de 1990 jusqu’en 2008.

Elle a aussi travaillé avec de nombreux chorégraphes et metteurs en scène de théâtre et d’opéra, partageant avec des équipes différentes son expérience de la lumière.

LA BOURETTE

POÊTE MULTIFONCTIONS !
 

10 ans de haute couture, lui ont donné le sens du détail, et, entre autres, des ornements, et de la plume, La vraie, en plus des textes : La Bourette enchantée, et Définitif : éditions Balland ( 2000 & 2001). Après une présence sur scène, pour Christian Rizzo, en 2003 : " avant un mois, je reviendrai, et…. "   ...
Est devenu Fidèle compagnon, pour les costumes de Rachid Ouramdane, qui l’a « lancé » dans ce métier de costumier, 
il y a plus de 10 ans. (14 spectacles ensemble).
A travaillé aux costumes (danse contemporaine), 
pour Dominique Brun, François Chaignaud, Mié Coquempot …. 
Et au Théâtre, pour la Revue Eclair, pascal Rambert, 
et François Orsoni , Alice césar.
Interprète pour «  Gala » de jérôme Bel….
et chanteur occasionnel, au cabaret madame Arthur.

MAUD PIZON

 

Née en 1983, Maud Pizon est danseuse et notatrice du mouvement (système Laban). Formée à la danse contemporaine au sein de la compagnie d'insertion professionnelle Coline à Istres, elle poursuit sa formation en devenant stagiaire de la compagnie Nacera Belaza. Depuis 2008 elle danse régulièrement pour Mié Coquempot tout en collaborant en tant qu' interprète pour d'autres chorégraphes dont Marion Uguen, Montaine Chevalier, Mélanie Perrier, Malika Djardi. En 2014 elle participe à la création de Sacre #2 de Dominique Brun (recréation du Sacre du Printemps de Vaslav Nijinski). Depuis 2015, elle est également interprète pour la metteure en scène Clara le Picard (Sirènes internationales, De l'imagination). Titulaire d'une Licence du département Danse de l'Université Paris 8, elle est également diplômée du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris en notation Laban (2016).

En collaboration avec Jérôme Brabant, Maud Pizon mène depuis 2012 une recherche sur l'interprétation du répertoire de la Denishawn, recherche pour laquelle ils ont étés lauréats du programme Hors les murs 2016 de l'Institut Français.

CHRISTOPHE BERGON

 crÉation lumiÈre et rÉgie

 

Artiste à la pratique cumulative et non hiérarchisée, metteur en scène, scénographe, light designer et vidéaste, Christophe Bergon fonde lato sensu museum (label de formes scénique) avec Manuela Agnesini et Enrico Clarelli en 2002. Il élabore depuis une dizaine d’années un parcours singulier à travers ses propres œuvres et ses différentes collaborations. Il a mis en scène les textes des écrivains Antoine Volodine et Camille de Toledo et tisse dans son rapport à la littérature un théâtre poétique et politique. Très en lien avec la musique contemporaine, il a également mis en scène plusieurs formes scéniques (théâtre musical, opéra, performances) avec les compositeurs Marc Demereau, Pierre Jodlowski, Christophe Ruetsch, Bertrand Dubedout et Arturo Corrales.

DAVID FOURDRINOY

 musicien

 

David commence la percussion avec son père puis s’initie à la batterie avec Jean-Marc Dumenil. Ce qui l’amènera à être batteur dans un groupe de métal au lycée. Plus tard, David se forme à la percussion classique avec Ronan Quelen et Pascal Zavarro au CNR de Rouen. Il plonge ainsi dans le répertoire contemporain et découvre par la même occasion l’improvisation. Parallèlement naît une fascination pour la liberté que dégage les jazzmen qu’il écoute avec son père. Au fil de diverses rencontres, David peaufine sa formation, notamment autour de l’improvisation. Il intègre le groupe [vaibz] dont l’album est fait de compositions. Il a aussi créé dernièrement l’univers musical et scénographique pour le spectacle « La remorque de Jupiter » d’après les « Contes glacés » de Jacques Sternberg.

David obtient son DE de professeur de percussion au Cefedem de Normandie. Après une rencontre avec Sophie Lessard, il devient enseignant en formation musicale et accompagnateur au CNDC d’Angers. Depuis août 2012, David est accompagnateur de danse contemporaine au CRR de La Réunion.

Passionné d’arts graphiques, David propose des univers musicaux troublants faits de samples d’enregistrements vocaux et de boucles répétitives. Aussi bien planant que tranchant comme un minéral mais assurément organique.

AURÉLIEN RICHARD

 

Aurélien Richard est pianiste, compositeur et chorégraphe.
Il a suivi l’enseignement des plus grands pianistes, notamment Éliane Richepin, Charles Rosen, Pierre-Laurent Aimard, Florent Boffard, Michaël Levinas et Roger Muraro.
Il a reçu le prix Yvonne Loriod-Messiaen et le prix de la Sacem.
En tant que concertiste, il joue en Europe, aux Etats-Unis, au Japon et en Amérique du Sud.
Après avoir été chef de chant à l’Opéra National de Paris et au Théâtre Musical du Châtelet, il accompagne les chanteurs les plus prestigieux tels Natalie Dessay, Renée Fleming, Susan Graham, Claire Lefilliâtre, Jennifer Borghi, Mathias Vidal, Alain Buet, Marc Mauillon...
Compositeur, il a remporté le prix de la meilleure création sonore
et musicale du 14e Festival de cinéma Côté Court de Pantin en 2005.
Il collabore à de nombreux projets chorégraphiques en tant que musicien, compositeur et performer, notamment avec Cecilia Bengolea et François Chaignaud, Maud Le Pladec, Julia Cima, Mié Coquempot, David Wampach...
Par ailleurs, il écrit ses propres spectacles et performances en croisant des écritures partitionnelles dans le cadre de son projet LIMINAL. 

GABRIELLE MANGLOU

 

Née à La Réunion, Gabrielle Manglou est diplômée des Écoles supérieures des Beaux-Arts de Montpellier et de Marseille. Depuis 2008, elle expose régulièrement à La Réunion et à l’international. Elle a également enseigné la couleur à l’ESA Réunion, participé à des projets d’éditions et collaboré dans le domaine du spectacle vivant. 

Variation. Expansion. Fusion. Capture. Conquête. Représentation.

L’œuvre de Gabrielle Manglou est poétique et multiformes. Dessins, photographies, volumes et images d’archives s’amusent à déplacer certaines frontières par un jeu à la fois discordant et harmonieux. Amener les choses, les êtres, là où on ne les attend pas, comme regarder sous les tables ou taper dans un angle qui apparaîtrait alors même qu’on le vise.